Arrêtez d'envoyer de l'argent de l'UE à des autocrates corrompus qui sapent l'État de droit !

L’Etat de droit européen est sous pression. Ce sont par exemple les gouvernements polonais et hongrois qui démantèlent la démocratie au détriment des droits humains de leurs propres citoyen.ne.s.

  • En Pologne, depuis que le parti Droit & Justice est arrivé au pouvoir, il est parvenu à démanteler petit à petit l’indépendance judiciaire, et ce, à un tel point que les cours de justice sont désormais à la botte du gouvernement. Les droits des femmes, des personnes LGBTQI, et des réfugié.e.s ont également été considérablement fragilisés face à ces attaques politiques.
  • En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban a construit son pouvoir grâce à la corruption et au favoritisme. L’indépendance de la presse et de la justice sont inexistantes, et les droits des minorités, de plus en plus restreints.

Nous voyons de plus en plus des gouvernements voisins appliquer à la lettre la méthode de Viktor Orban, qu’il s’agisse de la Slovénie, de la Tchéquie, de la Roumanie, ou de Malte.

Ces attaques contre la démocratie et l’Etat de droit doivent cesser. Les citoyen.ne.s méritent mieux.

En tant que gardiennes des traités européens, la Commission européenne et sa présidente, Ursula von der Leyen, ont un rôle crucial à jouer. La Commission européenne est légalement tenue de défendre les valeurs européennes de la démocratie et de l’Etat de droit. Or, jusqu’ici, peu a été mis en œuvre. Et bien que la Commission soit au courant des attaques perpétrées par ces gouvernements autocratiques, ces derniers continuent de bénéficier inconditionnellement de fonds européens.

Tant que la Commission refusera de prendre des actions concrètes, c’est toute la démocratie européenne qui restera en danger.

L’argent des contribuables doit directement bénéficier aux citoyen.ne.s, au lieu d’aller dans les poches d’autocrates et de leurs allié.e.s.

C’est pour cela que nous interpellons la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, et lui demandons:

  1. De ne pas procéder au versement des fonds du Plan de relance européen à destination de la Pologne et de la Hongrie,
  2. D’actionner le Règlement sur la conditionnalité liée à l’état de droit, afin de suspendre le versement de fonds européens à ces deux gouvernements, tant que demeureront des doutes quant à la volonté du gouvernement polonais de rendre son indépendance au système judiciaire, et du gouvernement hongrois de combattre la corruption.

Rejoignez notre appel et signez notre pétition, afin de montrer votre soutien à une Union européenne où l’Etat de droit, la démocratie et les droits fondamentaux sont respectés.

Ignazio Corrao - Rosa D'Amato - Gwendoline Delbos-Corfield - Daniel Freund - Terry Reintke - Sylwia Spurek - Tineke Strik
Députés européens au sein du groupe Verts/ALE

-

5 000

📣 Rejoignez notre appel, afin que Ursula Von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, agisse dès maintenant.

Ceci est un champ obligatoire
Ceci est un champ obligatoire

Veuillez choisir votre pays...

Si vous vous n'êtes pas déjà abonné, voudriez-vous recevoir des mises à jour par mail de Greens/EFA et les députés européens impliqués?

Veuillez sélectionner une option.

Remarque: Si vous vous êtes déjà abonné, cela ne vous désinscrit pas. Vous pouvez vous désinscrire en utilisant le lien fourni dans les mails que vous recevez. Vous pouvez toujours agir sans vous abonner.

Ceci est un champ obligatoire

Submit error please try again

Merci pour votre soutien.

Merci de partager nos demandes avec vos amis.